Chapiteau et autres mutualisations

+3 votes
137 vues
posée par michel Tétard déjanté (19 points) 04-Juin-2018 dans cercle-collaboratif
edité par michel 26-Juin-2018

Je pense à un collectif de personnes, pas forcément des artistes, mais se retrouvant autour d’un projet de nature artistique ou plus largement culturel. Ce projet sera d’abord un laboratoire de nouvelles façons de travailler ensemble. Un genre de FabLab artistique.

J'apporte mon chapiteau, mes compétences techniques et d'organisation, mes capacités artistiques.

Et toi, comment voudrais-tu très concrètement t’approprier ce projet ?

------------------------------------------

Il y a quelques mois j’ai acheté et mis en circuit via ma compagnie de spectacles un vraiment très joli chapiteau autoporté : LeChapiteau.net

Mon idée, qui ne rentrait pas dans un quelconque business-plan, était de le mettre dans un réseau de mutualisation des compétences et des outils, artistiques et techniques.
Un peu comme savent le faire entre eux les circassiens, même si c’est un milieu très exclusif -de plus mon chapiteau n’est pas un “chapiteau de cirque”-.
En un mot de le hacker.

Prendre ses désirs pour la réalité oblige à être très réaliste, surtout en milieu rural et surtout dans le Sud-Est (Nîmes et sa région). Pour faire court, je me suis retrouvé un peu perplexe.
La question était peut-être mal formulée, au mauvais moment, au mauvais endroit, par la mauvaise personne, l’équation peut-être mal posée ? Mais j’ai fait avec ce que j’avais, ce que je trouvais.
Cependant, c’est quand-même un paradoxe, alors que je prenais des risques insensés (pour ma liberté, pour ma santé, pour ma vie) j’ai commencé à m’ennuyer autant qu’un crapaud sans princesse.

Et cette saison 2018 je n’ai pas monté le chapiteau, on verra.
Tant mieux, cela m’oblige à penser les choses autrement -du haut de mon RSA-.

Je viens donc ici pour ouvrir cette fenêtre, voir si j’y rencontre d’autres fêlés complémentaires. Autour de Nîmes, ailleurs, quelque part.
Pas du tout forcément des “cultureux”, oh non. Ce que j’aime c’est qu’on me dérange et que ça avance.
Avec le chapiteau et mes outils techniques du quotidien, j’apporte mes affinités, compétences et expériences artistiques et humaines.
Ce que j’ai.

Vous pareil.
On discute.
On observe ce qui se passe.

Et voilà !

—————————————

Pour me présenter : je suis un artiste qui cherche depuis toujours le lien entre image (aujourd'hui vidéo, arts numériques, outils connectés) et spectacle vivant.

Au sein du marécage artistique -où l’on ne trouve pas que des crapauds-, j’observe que nos compétences sont de plus en plus en forme de couteau suisse et l’habileté est celle de bien choisir, hiérarchiser et entretenir ses lames. Je dois savoir tout faire : monter un chapiteau, rédiger un contrat, un peu de comptabilité, de menuiserie, de scénographie, d’électronique, une dizaine de softs de traitement d’images, un peu de son, de la communication, de la veille technologique … tout en essayant de tenir le cap d’un projet artistique exigeant et sincère. Je m’en réjouis parce qu’on nous avait promis l’ère définitive et globale de l’hyper-spécialisation et du produit artistique unique à fabriquer et à mettre sur le marché alors que j’observe des choses qui me renvoient au contraire à l’humanisme de la Renaissance ou à l’encyclopédisme des Lumières.

Une proposition citoyenne de réseau technique et humain telle qu’un Fablab, c’est déjà un exemple de base concrète minimum, accessible, indispensable.
Très concrètement, j’y recherche d’abord pour mes projets actuels les appuis techniques indispensables à des compétences (programmation, électronique … ) qui ne sont pas forcément celles de mon coeur d’activité (vidéo, arts de l’image), dans une idée de réciprocité.
Je me dis aussi que tout cela ce sont des rencontres et qu’aussi bien c’est avec ce réseau d’affinités culturelles que je pourrais garder l’esprit ouvert et monter mes projets de demain.
Les personnes que j’espère y découvrir ne se définissent pas forcément parce qu’elles viennent du milieu convenu de la “Culture” mais par ce qu’elles cherchent et leur façon de marcher pour y aller …

Je pense que simultanément on doit pouvoir voir plus large.
Les circuits horizontaux sont des remises en cause que, dans un contexte de repli général sur soi, les acteurs culturels, artistiques, ont quand-même souvent du mal à envisager.
La démarche du hacking peut se révéler très pertinente pour ceux qui savent que leur mission n’est pas de fabriquer et de vendre des produits culturels mais est de médiation, de synthèse et de transformation sociétale, qu’on attend justement d’eux d’être particulièrement inventifs pour inventer les nouveaux rapports sociaux.

3 Réponses

+1 vote
répondu par melomele Crapaud fou (36 points) 17-Juillet-2018

Un aussi beau chapiteau ambulant devrait trouver fêlés dans son sillon. En tout cas je te le souhaite :)
La saison n'est pas encore terminée, le chapiteau peut encore s'ouvrir en 2018 !

A te lire il semblerait (ou alors je me projette complètement, donc j'ai une vision biaisée) que tu oscilles entre un socle artistique et culturel, d'où tu es apparemment issu lorsqu'on regarde ton site, mais duquel plus on avance dans la lecture de ton idée plus tu sembles prendre de la distance, pour tendre d'un autre côté vers celle d'un engagement plus citoyen allant jusqu'au hacking.
L'équation art -> hacking est-elle correct ? Ce chapiteau ne pourrait-il en être le vecteur ?

Alors juste par jeu je réponds à la question sur comment s'approprier le projet, et peut-être que quelque chose fera écho ou déclenchera un tilt pour sortir de la perplexité...
- en faire une Bar'hack ambulante pour rejoindre sur place différents évènements alternatifs ayant lieu dans un espace qui se prête au chapiteau (exemple massif https://ue2018.org/ ) pour organiser des ateliers collectifs avec tes compétences, initiation au montage vidéo etc.

- version hack[art] : aller dans les festivals, notamment en été où ça ne manque pas, quels qu'ils soient, et s'ils l'acceptent bien sûr, proposer des ateliers d'éducation populaire et apporter des outils pour conscientiser les gens, qui se sont rendus sur les festochs juste pour se divertir.
Ou même que ce soit un QG d'orga pour créer ton propre festival d'éduc pop d'inspiration cybernétique.
- version art[hack] : en faire une mare nomade pour aller, en fonction de la carte des crapauds, faire des séjours auprès de ceux qui oeuvrent essentiellement par informatique, en leur apportant grâce à ton fablab mobile une visibilité provisoire, ou de quoi matérialiser certains objets nécessaires à leurs propres projets.
Par exemple pour organiser des ateliers où ils pourraient transmettre leurs savoir-faire en info à des gens du coin intéressés qui profiteraient de l'espace de ton chapiteau. Bon concrètement je sais pas si mettre un tas d'ordis avec des branchements dans ton chapiteau est bien réaliste...
- version ciném'hack : constutuer une équipe de cinéastes et en faire une sorte de studio ambulant. Par exemple pour réaliser un docu sur quelque chose qui te parle... comme il faut souvent se déplacer. Ou alors ton équipe pourrait s'auto-filmer en train d'aller à la rencontre des hackeurs pour en faire un docu... Parce que l'endroit est tellement atypique qu'il faudrait le porter à l'écran dans un projet filmique !
Allez, j'arrête ici... belle route à toi et le futur collectif ;)

commentée par michel Tétard déjanté (19 points) 17-Juillet-2018
Hello Melomele,

Sympa, ta réponse !

Je recherche ici des personnes qui ont envie de transformer d'aussi bonnes idées que les tiennes en réalisations bien concrètes.
J'apporte mes outils (le chapiteau en particulier), mes compétences techniques (arts de l'image, arts numériques, arts de la scène) et mes capacités artistiques (j'espère).
D'autres en font autant ponctuellement ou sur la durée et on avance ensemble.
Si je laisse la proposition assez ouverte, c'est volontairement, parce que j'espère être surpris plutôt que de regrouper autour d'un projet mien, déjà tout ficelé.

Comme acteur culturel engagé dans la vie sociale, je pense qu'il est de ma responsabilité de proposer également d'autres modes de fonctionnement que le mode "libéral" tacitement admis.
Cependant je vois bien que, d'autant que faire fonctionner un tel outil représente un certain investissement en travail, en budget, mes interlocuteurs attendent généralement de moi un projet de chef d'entreprise culturelle, des propositions carrées de contrats et un chèque au bout. Bref rien de vraiment innovant ou excitant.

Il est vrai que j'attends actuellement plus de fonctionnements sociaux "horizontaux" que "verticaux" et ne me reconnais pas plus que ça dans "mon" milieu culturel que -pour rester modéré- je trouve actuellement disons ... frileux.

Tu écris : "L'équation art -> hacking est-elle correct ? Ce chapiteau ne pourrait-il en être le vecteur ?" Oui, c'est très bien résumer ma proposition.

De quel endroit m'écris-tu ?
commentée par melomele Crapaud fou (36 points) 18-Juillet-2018
Merci de ta réponse... Je comprends parfaitement (je crois) ta démarche et j'espère que tu trouveras vite d'enthousiastes compagnons de chapiteau et de chemin.

Je te rejoins sur l'engagement quant à proposer autre chose qu'un mode de fonctionnement néolibéral consensuel puant ; innover c'est passer pour un hurluberlu, les mentalités évoluant moins vite que nos technologies. Déboulonner un système de pensée ancré depuis l'enfance comme quoi une organisation structurelle est forcément pyramidale, et le rapport humain dominant/dominé par un pouvoir essentiellement économique ne sera possible que lorsqu'il y aura suffisamment d'exemples observables, voire que tout un chacun aura pu l'expérimenter.
(Ne serait-ce que durant un atelier ?!)

J'écris depuis Toulouse où je pallie depuis quelques temps à mon nomadisme...  j'y suis volontairement bloquée pour les prochaines années. Sinon, le projet m'aurait emballé ;)
Belle continuation
0 votes
répondu par Human42 Crapaud dingue (103 points) 16-Aout-2018
Cooa
je suis actuellement en train de travailler pour mettre de l'argent de coter pour financer un projet similaire. Pour le moment je vie dans ma voiture (pas très facile donc de transporter du matériel pour mon projet) j'espere donc avoir un camion/atelier pour organiser une marre ambulante au printemps prochain. Je pense que nos deux projet sont compatibles et fusionables tu peux lire des description de mon projet dans la description de mon profil et aussi en suivant ce lien  

https://idees.crapaud-fou.org/267/creer-ambulante-deplacerait-ville-conference-apero-concert

Je pensais longer la cote ouest pour netoyer les plages (ca rassemble les gens) et offrir aux villes qui nous acceuille des bibliothèque partagee, des boites a dons et tous un tas de petits projets collaboratif du genre pour recréer du lien dans les villages et les villes, le tous bien sur en faisant participer les habitants a la construction.
Je me dis que c'est un bon moyen de ce faire pretter un terrain pour la marre ambulante.

Enfin au fil des rencontres les idées s'assemble de mieux en lieux dans ma tête et j'ai de plus hâte de concrétiser tous ça pour voir ou cela me mène, je n'ai pas souvent accès a internet pour le moment mais je peux te donner mon numéro de téléphone si tu veux que l'ont melange nos idées :)
0 votes
répondu par 12b Crapaud dingue (84 points) 22-Janvier
cÔa Michel,

Intéressant comme idée. Et très joli chapiteau.

Ca représenterait combien environ le budget de fonctionnement / an de ce genre d'installation?

Je suis dans le département d'à coté. On pourrait trouver des synergies entre tes idées de mutualisations autours de ton chapiteaux et mes idées (que je n'ai pas fini de mettre par écrit).
commentée par michel Tétard déjanté (19 points) 22-Janvier
Hello,
Merci de tes encouragements.

Faute de rencontrer la réactivité que j'espérais, j'ai dû prendre la décision de vendre le chapiteau à un acheteur institutionnel qui souhaiterait me le revendre dans deux ans.

C'est-à-dire que ça laisse éventuellement deux ans pour monter un projet qui tienne la route, deux ans pendant lesquels le chapiteau est entretenu et ne m'occasionne pas de frais fixes.

J'ai vu sur tes autres messages que tu es entre Montpellier et Sète. Moi à Nîmes. Je t'envoie donc mes coordonnées en MP.

Le budget de fonctionnement est ... proportionnel au fonctionnement. Cependant les frais fixes sont importants : montage/démontage, transport, gardiennage, assurances, gestion comptable, frais de sécurité, frais d'entretien matériel, etc. Je les ai bien entendu chiffrés et je te les transmets également en MP.
Tout projet devra donc aussi être bien ficelé en amont, notamment quant à la gestion.

Je lirai bien sûr tes propositions avec grand plaisir.
commentée par 12b Crapaud dingue (84 points) 23-Janvier
Merci pour le chiffrage détaillé Michel. Les frais fixes c'est exactement ce que j'avais en tête. Mon projet est a l'état embryonnaire. J'en suis à essayer de décrire mon projet général et de rassembler un équipe ayant envie d'entreprendre quelque chose en commun. Bien loin du ficelage financier pour l'instant. Mais je suis d'accord sur le fait qu'il faille bien préparer son coup avant de se lancer.

Bienvenue à toi
Crapaud Fou

Vous avez une idée folle après avoir lu le manifeste du Crapaud Fou? Proposez-la ici et recueillez les opinions des autres crapauds fous.

Rejoignez aussi la mare aux crapauds pour des discussions en direct.
...